Sophie DALLEM & Philippe LLOBELL

Nous cantonnons bien trop souvent le prothésiste dentaire à la restauration des dents perdues ou abîmées afin de réhabiliter une occlusion, une fonction.

Or, notre objectif est également de redonner un sourire harmonieux qui restranscrit l’âme et la personnalité du patient grace à l’équilibre en bouche du rose et du blanc.

C’est ainsi que nous nous sommes penchés sur le traitement pré-prothétique des défauts esthétiques mucogingivaux antérieur et postérieur mis en œuvre au laboratoire.

Nous traiterons des cas de facettes antérieurs, de canteliver , du traitement  des émergences en prothèses implantaires, et de la gestion des éruptions passives afin d’ameliorer la probabilité d’un résultat esthétique. 

JosE ORTEGA & Jacky PENNARD

L’introduction de la Zircone dans le domaine dentaire a élargi les possibilités de la conception et de l’application des restaurations tout céramique.

Les propriétés mécaniques de la Zircone combinées avec la procédure de fabrication de la CFAO ont permis la production de restaurations importantes et complexes. Toutefois, l’utilisation de la Zircone semble poser un certain nombre de problèmes quant à la pérennité des prothèses.

Afin de mettre en évidence les échecs de fracture du matériau de recouvrement associé à la Zircone, notre étude portera sur des tests à l’arrachement sur diverses céramiques et avec diverses préparations et cuissons.

Elle portera également sur des tests à l’écaillement afin de vérifier les conséquences des épaisseurs de cosmétiques, des cuissons, et de la forme de l’armature assurant le soutien de la céramique esthétique. Nos échantillons seront réalisés en laboratoire de prothèse dentaire puis les tests à l’arrachement et à la compression seront analysés et mesurés, par les ingénieurs du laboratoire d’essai mécanique Independent SGS SERCOVAM situé à Bordeaux.

MickaEl GRIET & Dr Romain CEINOS

La révolution numérique au sein du monde dentaire évoque immanquablement la Conception et Fabrication Assistée par Ordinateur avec sa cohorte d’imageries scanners, de machines-outils ou bien encore d’impression 3D.

La numérisation et son avancée inexorable en odontologie semble nous couper peu à peu de l’artisanat traditionnel. Et s’il existait une voie pour concilier le savoir-faire du “fait main“ et les avantages indéniables apportés par les nouvelles technologies au sein de l’Art dentaire ?
Cette présentation aura pour but de démystifier l’exploitation des données numériques de l’espace colorimétrique CIELAB dans la poursuite du succès colorimétrique prothétique.
Le protocole photographique en lumière croisée-polarisée, la calibration des images numériques à l’aide d’une charte de gris, la confection de la céramique en accord avec les données objectives Lab seront autant de thématiques abordées. Les pas à pas de cas cliniques richement illustrés seront l’occasion de mettre au banc d’essais deux systèmes différents aux philosophies sensiblement opposées : le eLab_labor® et le Mixceram®.

" C'est peut-être chez les artisans qu'il faut aller chercher les preuves les plus admirables de la sagacité de l'esprit, de sa patience et de ses ressources. " - Jean Le Rond d'Alembert -

SEbastien MILLIASSEAU & Dr Louis TOUSSAINT

Qu’il s’agisse de la CFAO, de la technique de pressée ou tout simplement de la stratification, les céramiques nous permettent aujourd’hui de répondre à bon nombre d’indications, avec des caractéristiques optiques et mécaniques propres à chacune.

Il est donc d’autant plus important d’en respecter les protocoles aussi bien en clinique qu’au laboratoire afin d’assurer la pérennité de nos restaurations et leur intégration esthétique. 

Au coeur de cette démarche, la relation praticien-prothésiste joue un rôle fondamental, avec un échange d’informations à assurer dès les premières étapes de la prise en charge de nos patients.

Elle permet, au travers d’outils spécifiques, d’établir une véritable communication et d’individualiser nos traitements prothétiques, tout en répondant aux impératifs fonctionnels, esthétiques et surtout biologiques. L’objectif in fine étant d’adapter et de choisir nos matériaux en fonction d’une situation clinique donnée plutôt que de privilégier ces derniers au détriment des tissus naturels.

Florin Stoboran

A venir...